Chercheurs à l’INRA : des parcours et des métiers très divers
Article mis en ligne le 23 janvier 2015, par CDI  
Imprimer l'article imprimer


L’INRA (Institut national de recherche agronomique), vous connaissez ? Saviez-vous qu’il est le deuxième institut de recherche français après le CNRS (Centre national de recherche scientifique) avec 12 000 employés ? Et qu’il compte 200 personnels répartis sur la Guadeloupe et la Guyane ?

Ce sont une quinzaine d’élèves - principalement des étudiants en BCPST, PC, MPSI et PCSI, ainsi qu’une élève passionnée de Terminale S - qui ont écouté attentivement les cinq ingénieurs chercheurs en biologie animale et végétale le vendredi 12 décembre 2014, entre 15h15 et 17h15.

C’est Danielle CELESTINE-MYRTIL-MARLIN, ingénieur biochimiste depuis plus de trente ans à l’INRA et responsable d’un projet « Science et Société » qui a ouvert la séance. Elle a présenté l’INRA Antilles-Guyane, puis son propre parcours professionnel très diversifié en Guadeloupe, du laboratoire à la présidence de l’INRA. Ensuite, Mirza PUBLICOL, la plus jeune recrue du groupe, a expliqué comment elle concevait des modèles informatiques simulant le développement des plantes cultivées. Elle travaille en collaboration avec ses collègues ingénieurs agronomes, parmi lesquels Régis TOURNEBIZE, un passionné des forêts aujourd’hui spécialiste en écologie végétale, qui s’occupe désormais de la production agro-écologique de plantes en milieu tropical. Jean-Luc GOURDINE, docteur en biostatistiques, a expliqué comment sa passion pour les mathématiques et les statistiques appliquées à la biologie l’ont amené à devenir un spécialiste de la génétique quantitative et à développer des recherches très innovantes sur la caractérisation des gènes de résistance à la chaleur.... du cochon créole.

A écouter tous ces chercheurs, on est frappé par la passion qui les anime : émettre des hypothèses, puis les modéliser, pour enfin les tester grandeur nature. Que leurs prédictions s’avèrent justes ou que les tests échouent, l’important, c’est la démarche, la méthode, comme le souligne Harry ARCHIMEDE, un ingénieur agronome aujourd’hui nutritionniste spécialisé en alimentation tropicale.

Les jeunes les plus intéressés n’ont pas hésité à poser des questions très précises et peut-être assureront-ils la relève qui permettra de pérenniser des postes à l’INRA.

Le prochain rendez-vous est fixé au 30 janvier 2015 au CDI de 12h30 à 14h00. En lien avec le début des inscriptions sur APB, il donnera aux élèves ou étudiants qui souhaitent devenir ingénieur l’occasion d’échanger avec des professionnels des énergies renouvelables, du bâtiment, qui présenteront leurs entreprises et leurs activités. Ils expliqueront surtout comment ils ont obtenu leurs diplômes, par différents parcours d’études : en intégrant une école d’ingénieur juste après le bac, en post-bac + 2 ou +3 ou encore en section musique-études.

Le forum 
Ce site à reçu 3644697 visites  dont 406 aujourd'hui - Moyenne : 1073 visites/jour - Maxi/24 h : 5660 visites le 03/10/2017
SPIP | D'après le squelette Durzy - V 0.8.3.5 - 2007 | Plan du site | Espace Auteurs | Suivre la vie du site  RSS 2.0