Les vendredis de l’orientation : travailler dans le secteur Banque-Assurance ou devenir expert comptable
Article mis en ligne le 14 mars 2015, par CDI  
Imprimer l'article imprimer


Secteur Assurance : être résistant, adaptable, flexible... et orienté « client »« >Secteur Assurance : être résistant, adaptable, flexible... et orienté »client« - p1
Expert comptable, un métier qui ne connaît pas la crise »>Expert comptable, un métier qui ne connaît pas la crise- p1
Départs en retraite à venir : des perspectives de recrutements dans le secteur bancaire">Départs en retraite à venir : des perspectives de recrutements dans le secteur bancaire- p1

Banque, Assurance, expertise comptable... Visiblement, ces secteurs séduisent encore nos jeunes, vu l’enthousiasme dont a fait preuve la dizaine d’élèves et étudiants présents le vendredi 6 mars 2015 au CDI.

Beaucoup de points communs entre ces métiers, qui évoluent vers une culture du service, une culture du client. Nos intervenantes du secteur Assurance mettent l’accent sur 3 qualités du futur salarié :

1°) Adaptation au changement

2°) Performance

3°) Obligation de se former

seraient les objectifs à atteindre, selon Mme Nise VERDOL. Ces idées sont reprises par Mme Fabienne HÉBREU, qui ajoute au premier point la flexibilité, « y compris mentale ». Se former sans cesse, c’est « diversifier ses compétences, se donner des atouts pour évoluer et anticiper sur l’avenir » explique Mme VERDOL, ce qui revient à rechercher la « polyvalence », complète sa collègue Fabienne HÉBREU. Mme Nicole COMBÉ insiste sur la pression importante, la bonne résistance physique requise pour affronter des journées au rythme intense et la nécessité de garder le sens de la relation client, face à des personnes parfois très agressives. Être performant, c’est être capable d’atteindre des objectifs : il faut pouvoir être en mesure de traiter 15 contrats ou 15 dossiers sinistres par jour, explique Mme HÉBREU.

Secteur Assurance : être résistant, adaptable, flexible... et orienté « client »

Mme HÉBREU clôt l’intervention du secteur Assurance en insistant sur la nécessité d’être attentif aux évolutions économiques - notamment les fusions -, à l’écoute des mutations dans son environnement professionnel. Enfin, elle insiste sur la posture, autrement dit une façon d’être, d’établir une relation avec les autres. Surtout, il faut rester optimiste, bienveillant et avoir l’esprit d’équipe.

De gauche à droite : M. TAVERNIER (expert comptable), Mme Nicole COMBÉ (MAIF), Mme Nise VERDOL (Groupama), Mme Fabienne HÉBREU (Allianz), M. Garry DEFERI (BDAF)

Expert comptable, un métier qui ne connaît pas la crise

Pour exercer cette fonction, il faut « aimer les chiffres, la gestion, le droit ». L’expert comptable, c’est « un copilote pour le chef d’entreprise » résume M. TAVERNIER. Il ne passe pas son temps assis derrière un bureau, mais se déplace beaucoup pour rencontrer ses clients. Il établit des comptes, des documents fiscaux, bref il présente une image de l’entreprise pour prendre des décisions d’investissement - par exemple pour financer des projets. Comme dans le secteur Banque-Assurance, le respect du client demeure fondamental. Parmi les métiers proches de celui d’expert comptable, on peut mentionner : commissaire au compte ou directeur de cabinet.

Départs en retraite à venir : des perspectives de recrutements dans le secteur bancaire

Pour M. Garry DEFERI, jeune salarié du secteur bancaire, son métier requiert de la maturité, la capacité à travailler en équipe et l’acceptation de la mobilité. En effet, les changements de poste imposés tous les trois ans permettent d’exercer face à la clientèle ou en « backoffice ». Gestion de clients sous tutelle, gestion de clients haut de gamme, service contentieux (provision, recouvrement), service juridique, tels sont les activités ou les postes qu’a pu occuper M. DEFERI pendant sa formation en alternance et depuis qu’il est salarié en CDI. En Guadeloupe, c’est le lycée de Providence qui dispense le BTS Banque et un partenariat en notre université locale et celle de la Réunion permet d’atteindre le niveau Licence.

Aucun profil de Baccalauréat pour ces métiers, même si plusieurs de nos intervenants ont un Bac STMG. Dans l’expertise comptable ou la Banque, le Bac S est apprécié des recruteurs, après un passage par les classes préparatoires et les écoles de commerce, avec ensuite une orientation vers l’international.

A la question récurrente sur la sécurité de l’emploi, la réponse de nos intervenants est unanime : la compétence, la motivation, l’« agilité » sont les meilleurs remèdes pour être sûr de rester dans une société.

Le forum 
Ce site à reçu 3644697 visites  dont 406 aujourd'hui - Moyenne : 1073 visites/jour - Maxi/24 h : 5660 visites le 03/10/2017
SPIP | D'après le squelette Durzy - V 0.8.3.5 - 2007 | Plan du site | Espace Auteurs | Suivre la vie du site  RSS 2.0